L’homme de la montagne (2014) – Joyce MAYNARD

Je n’ai pas souvenir d’avoir déjà été déçue par Joyce Maynard. À nouveau, je suis conquise par un de ses romans.

L’histoire se déroule en deux temps. La première partie se concentre sur le milieu de l’année 1979, année des 13 ans de Rachel, la narratrice.

Rachel et Patty, sa sœur de deux ans plus jeune, enfants de parents divorcés, sont laissées très libres par leur mère, avec qui elles habitent. Elles explorent donc à loisir la montagne située derrière chez elles, qui devient leur terrain de jeu privilégié ; jusqu’au jour où un tueur de jeunes femmes se met à sévir dans leur montagne. Leur père, détective, est chargé de l’enquête mais le tueur se montre insaisissable.

La deuxième partie du roman se déroule trente ans plus tard. L’affaire de ‘L’étrangleur du crépuscule’ est toujours présente à l’esprit de Rachel, devenue écrivain. Elle va enfin pouvoir y mettre un point final et continuer à vivre.

Outre le style de Joyce Maynard que j’aime énormément, j’ai été totalement en empathie avec Rachel. Ces quelques mois de son adolescence se déroulent dans un tumulte d’émotions et de bouleversements physiques relatifs au passage de l’enfance à l’âge adulte, qui sont très bien décrits.

La relation forte et fusionnelle entre les deux sœurs est très touchante ainsi que l’amour entre les membres de cette famille « décomposée ».

Je ne parle pas du silence qui hurle parfois dans mes oreilles ni du vide que ma sœur a laissé et qu’aucune personne, si aimée soit-elle, ne pourra jamais remplir.

J’ai été accrochée dès les premières pages du roman et je le suis restée tout au long de ma lecture (malgré une pause de 2 jours pour cause de week-end avec ma propre sœur). Ce fut encore une fois un ravissement de lire Joyce Maynard, dommage qu’il ne me reste plus beaucoup de romans de cette auteure à découvrir.

Il y a un peu plus de trente ans, un jour de juin au coucher du soleil – sur un versant de montagne dans le Marin County, Californie –, un homme s’est approché de moi, tenant dans ses mains un bout de corde à piano, avec l’intention de mettre fin à mes jours. J’avais quatorze ans, et il avait déjà tué beaucoup d’autres filles. Depuis ce jour, je sais ce que signifie regarder un homme dans les yeux en se disant que son visage est la dernière chose qu’on verra jamais.
C’est à ma sœur que je dois d’être ici pour raconter ce qui s’est passé ce soir-là. Par deux fois, ma sœur m’a sauvée, alors que moi, je n’ai pas su la sauver.
Voici notre histoire.

PRÉSENTATION

Été 1979, Californie du Nord. Rachel, treize ans, et sa sœur Patty, onze ans, se préparent à passer leurs vacances à vagabonder, rêvant d’inattendu. Et l’inattendu arrive. Effroyable, une succession de meurtres de jeunes femmes, tuées dans la montagne selon un même mode opératoire : la chasse à l’Etrangleur du crépuscule commence. L’inspecteur Torricelli, le père des fillettes, dirigera l’enquête. Trente ans plus tard, Rachel raconte : la traque épuisante, leurs vies suspendues, et ce jour où les deux sœurs se sont retrouvées face à l’étrangleur… Fantasme de gamines hystériques, avaient déclaré les autorités. Depuis lors, Rachel s’est donné pour mission de retrouver cet homme. Roman d’apprentissage, polar psychologique : Joyce Maynard a su ériger ce fait-divers réel en un conte cruel haletant.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s