L’amie prodigieuse (2011) – L’amie prodigieuse #1 – Elena FERRANTE

Une amie aux goûts très surs en matière de littérature m’a conseillé cette saga il y a quelques mois et je ne regrette pas d’avoir suivi son avis.

Je n’ai pas fait de billet juste après ma lecture car je partais en vacances et je n’avais ni le temps, ni la concentration nécessaire. Cependant, je me souviens avoir trouvé ce roman foisonnant et très prenant.

La peinture qui est faite de ce quartier napolitain et de ses coutumes est saisissante. Ce qui m’a frappée est la violence très présente mais quasiment habituelle pour les habitants de ce quartier. Les conflits se règlent dès l’enfance à jets de pierres et autres bagarres.

Les études ne sont pas monnaie courante mais pourtant Elena, soutenue par l’institutrice auprès de ses parents, va aller au collège puis au lycée. Lila, pourtant brillante, n’aura pas cette chance. Les deux amies ne s’éloignent pas pour autant et gardent un attachement fort l’une pour l’autre malgré leurs différences.

Ce premier tome suit Lila, Elena et leurs camarades de quartier de l’enfance jusqu’à la fin de l’adolescence et j’ai hâte de lire la suite !

PRÉSENTATION

Naples, fin des années cinquante. Deux amies, Elena et Lila, vivent dans un quartier défavorisé de la ville, leurs familles sont pauvres et, bien qu’elles soient douées pour les études, ce n’est pas la voie qui leur est promise. Lila, la surdouée, abandonne rapidement l’école pour travailler avec son père et son frère dans leur échoppe de cordonnier. En revanche, Elena est soutenue par son institutrice, qui pousse ses parents à l’envoyer au collège puis, plus tard, au lycée, comme les enfants des Carracci et des Sarratore, des familles plus aisées qui peuvent se le permettre.

Durant cette période, les deux jeunes filles se transforment physiquement et psychologiquement, s’entraident ou s’en prennent l’une à l’autre. Leurs chemins parfois se croisent et d’autres fois s’écartent, avec pour toile de fond une Naples sombre mais en ébullition, violente et dure. Des chemins qui les conduiront, après le passage par l’adolescence, à l’aube de l’âge adulte, non sans ruptures ni souffrances.
Formidable voyage dans Naples et dans l’Italie du boom économique, L’amie prodigieuse trace le portrait de deux héroïnes inoubliables, qu’Elena Ferrante traque avec passion et tendresse jusqu’au plus profond de leur âme.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s