Une vie après l’autre (2015) – Kate ATKINSON

Et si nous avions la chance de recommencer encore et encore jusqu’à ce que nous finissions par ne plus nous tromper ? Ce ne serait pas merveilleux ?

Après avoir lu Dans les replis du Temps en pensant que j’allais lire Une vie après l’autre, j’ai enfin commencé (et fini, et beaucoup aimé) le bon livre.

Le thème abordé par Kate Atkinson dans ce roman, une sorte de variante de l’effet papillon, me plait toujours énormément, que ce soit à l’écran ou en littérature.

Ursula Todd naît, meurt et renaît aussitôt un grand nombre de fois dans ce roman. Au fur et à mesure de ses « renaissances », elle éprouve des sensations de « déjà-vu » qui lui permettent parfois d’éviter de faire à nouveau les mêmes erreurs.

Elle vit donc plusieurs vies, qui ont réjoui l’admiratrice de Kate Atkinson que je suis. En effet, celle-ci laisse libre cours à son imagination, son écriture est toujours aussi soignée, parsemée de touches d’humour « so british ».

Le roman se déroule majoritairement pendant la Seconde Guerre Mondiale et en partie sous le Blitz, période de bombardements allemands intenses contre le Royaume-Uni. Je ne connaissais pas réellement cette partie de l’Histoire et il est absolument terrifiant de s’imaginer à la place de ces personnes vivant en permanence dans l’appréhension des bombardements, unissant leurs efforts pour sauver les victimes, offrir aux morts des sépultures décentes.

-Est-ce ce que serait une condition si déplorable ? D’être célibataire ? dit Ursula en s’attaquant à son gâteau à la crème. Jane Austen s’en est contentée.

L’hiver revint. Elle le reconnut.

PRÉSENTATION

11 février 1910 : Ursula Todd naît – et meurt aussitôt.
11 février 1910 : Ursula Todd naît – et meurt, quelques minutes plus tard, le cordon ombilical enroulé autour du cou.
11 février 1910 : Ursula Todd naît – le cordon ombilical menace de l’étouffer, mais cette fois le médecin est là pour le couper, et Ursula survit…
Ursula naîtra et mourra de nombreuses fois encore – à cinq ans, noyée ; à douze ans dans un accident domestique ; ou encore à vingt ans, dans un café de Munich, juste après avoir tiré sur Adolf Hitler et changé ainsi, peut-être, la face du monde…
Etablis dans un manoir bucolique du nom de Fox Corner, les Todd portent sur leur environnement le regard distancié, ironique et magnanime de ceux que les tragédies de l’Histoire épargnent. Hugh, le père, travaille à la City, tandis que Sylvie, la mère, reste à la maison et élève ses enfants à l’ancienne. Mais le temps, en la personne d’Ursula, va bientôt se détraquer, se décomposer en une myriade de destins possibles qui vont, chacun à sa manière, bouleverser celui de la famille…
Si l’on avait la possibilité de changer le cours de l’histoire, souhaiterions-nous vraiment le faire ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s