Les filles au lion (2017) – Jessie BURTON

Elle m’avait expliqué que l’approbation des autres ne devait jamais être mon objectif ; elle m’avait libérée comme je n’avais pas su le faire moi-même.

Je découvrais Jessie Burton avec ce roman, étant sûrement une des rares à ne pas avoir Miniaturiste ; situation qui ne va pas durer très longtemps car j’ai vraiment beaucoup aimé Les filles au lion.

Premier point positif : je suis une adepte des narrations alternées. Ici, l’alternance joue sur les périodes et lieux. Nous passons du récit en 1967 d’Odelle, jeune caribéenne installée depuis quelques années à Londres, à la vie d’une propriété andalouse en 1936,  habitée par des touristes anglais, en pleins prémices de guerre civile.

Un des grands thèmes de cette histoire est la création artistique, que l’on parle de peinture ou d’écriture, un thème qui me plaît toujours quand il est bien traité.

Ici, Jessie Burton rajoute un peu de romance, une aura de mystère autour de quelques personnages et d’une toile ; tout cela servi par un très joli style d’écriture, très agréable.

Vous croyez que la qualité d’un texte va vous donner une auréole ? Dès que quelqu’un d’autre le lit, vous ne comptez plus. Il existe en dehors de vous. Ne vous laissez pas noyer par votre talent, ne le portez pas comme un fardeau.

PRÉSENTATION

En 1967, cela fait déjà quelques années qu’Odelle, originaire des Caraïbes, vit à Londres. Elle travaille dans un magasin de chaussures mais elle s’y ennuie, et rêve de devenir écrivain. Et voilà que sa candidature à un poste de dactylo dans une galerie d’art est acceptée ; un emploi qui pourrait bien changer sa vie. Dès lors, elle se met au service de Marjorie Quick, un personnage haut en couleur qui la pousse à écrire. Elle rencontre aussi Lawrie Scott, un jeune homme charmant qui possède un magnifique tableau représentant deux jeunes femmes et un lion. De ce tableau il ne sait rien, si ce n’est qu’il appartenait à sa mère. Marjorie Quick, à qui il soumet la mystérieuse toile, a l’air d’en savoir plus qu’elle ne veut bien le dire, ce qui pique la curiosité d’Odelle. La jeune femme décide de déchiffrer l’énigme des Filles au lion. Sa quête va révéler une histoire d’amour et d’ambition enfouie au cœur de l’Andalousie des années trente, alors que la guerre d’Espagne s’apprête à faire rage. Après Miniaturiste, Jessie Burton compose une intrigue subtile entre deux lieux et deux époques que tout sépare en apparence, tout en explorant, avec beaucoup de sensualité, d’émotion et de talent, les contours nébuleux de la puissance créatrice.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s