Autant en emporte le vent (1936) Tome 1 – Margaret MITCHELL

Vainqueurs ou vaincus, ces soldats étaient les leurs.

Je suis en plein ravissement après la lecture de cette première partie du célèbre roman de Margaret Mitchell, Autant en emporte le vent, et je me demande pourquoi j’ai attendu si longtemps !

Beaucoup réduiront ce livre à une simple romance et si l’aspect romance est bien présent, il n’est évidemment pas le seul ingrédient du succès d’Autant en emporte le vent.

Le récit entier est foisonnant, et je n’en suis qu’à la première partie. Les descriptions des paysages de Géorgie sont magnifiques et imagées. Lorsque l’auteure parle de la guerre, elle n’en est pas moins intense, on peut sentir l’odeur de poudre flottant dans l’air, la fumée des canons assombrissant l’atmosphère, le désespoir et en même temps la foi des Sudistes en leur Cause. On comprend également que malgré cette foi qui parait infinie, les Sudistes vont perdre la guerre, comme le prédit Rhett Butler lors de sa première apparition dans le roman.

Ça ne pouvait pas être vrai, c’était grotesque que le ciel d’un bleu si tendre à l’aube naissante fût profané par la fumée des canons qui flottait sur la ville comme une nuée d’orage. C’était grotesque que l’heure chaude de midi tout imprégnée de l’odeur pénétrante du chèvrefeuille et des roses grimpantes fût rendue aussi terrible par les obus qui sifflaient dans les rues, éclataient dans un fracas de jugement dernier, projetaient au loin leurs éclats métalliques, déchiquetaient bêtes et gens.

Les personnages sont extrêmement vivants et bien dépeints. Scarlett est une jeune fille vaniteuse, égoïste, jalouse, manipulatrice, à « l’esprit versatile » mais l’on ne peut s’empêcher d’admirer son aplomb (allant de pair avec son égocentrisme). Mélanie, la femme de l’homme dont Scarlett est éprise, est un modèle de gentillesse et d’altruisme, mais elle n’en est pas agaçante pour autant. Son dévouement et l’affection sincère qu’elle a pour ses proches forcent plutôt l’attachement. Quant au célèbre Rhett Butler, il est décrit comme un bel homme mais ce qui est séduisant aux yeux de la simple lectrice que je suis, c’est surtout sa malice, sa clairvoyance et sa franchise. Rhett est un filou et un égoïste, mais il assume totalement son attitude et ses actions. Il peut toutefois également faire preuve de bonté , notamment envers Mélanie, qu’il estime beaucoup.

Il souriait avec une telle effronterie, sa bouche avait une telle expression d’ironie cynique que Scarlett en eut le souffle coupé.

A l’inverse, Rhett est très clairvoyant à l’égard de Scarlett, il connait ses sentiments pour Ashley, le mari de Mélanie) et n’hésite pas à lui rappeler qu’il voit clair dans son jeu. Avec lui, Scarlett goûte le plaisir de flirter et d’être insouciante, choses qui lui paraissent essentielles mais qui ne sont pas les bienvenues en temps de guerre. Même si elle s’en défend, on sent son intérêt pour Rhett, la seule personne avec qui elle peut se laisser aller.

Mais certainement, je suis une fripouille, et pourquoi pas? Nous vivons dans un pays libre et un homme peut bien être une fripouille s’il en a envie. Il n’y a que les hypocrites comme vous, chère madame, il n’y a que les gens dont l’âme est aussi noire que la vôtre pour prendre la mouche quand on leur dit leurs vérités.

Par contre, même si on peut s’y attendre, j’ai été surprise par la manière dont sont décrits les noirs. A la lecture, on a l’impression que les « nègres » sont une race de chiens, parfois attachants et serviables et d’autres fois incorrigibles, mais on ressent peu d’humanité dans les personnages noirs. Cela-dit, Margaret Mitchell est issue d’une famille sudiste et l’esclavage est ancré dans leurs mœurs.

Sa petite main blanche disparut dans les grosses pattes noires, et les quatre nègres, ravis de cette rencontre et tout farauds de montrer à leurs camarades quelle jeune et jolie maîtresse ils avaient, se mirent à gambader comme des fous.

PRÉSENTATION

Pendant la guerre de Sécession, alors que le Sud esclavagiste auquel ils appartiennent tous les deux est en train de perdre ses dernières batailles contre le Nord, Rhett Butler et Scarlett O’Hara s’aiment et se déchirent.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s