Autant en emporte le vent (1936) Tome 3 – Margaret MITCHELL

Elle pensait à Tara et il lui semblait qu’une main fraîche et affectueuse lui caressait le cœur.

Dernière partie de ce magnifique roman et je finis en larmes ; en larmes car Melly et Rhett font décidément partie de mes personnages de fiction favoris (allez hop, directement avec le Prince André de Guerre et Paix et Danny Upshaw du Grand Nulle Part) et que je n’avais aucune envie de les quitter.

Cette troisième partie fait la part belle à Rhett. Puisque le mariage est la seule façon de se rapprocher de Scarlett, il s’y résoud en espérant la conquérir. Mais celle-ci reste dans ses chimères et ses rêves d’Ashley sans se rendre compte que l’homme qui se tient à ses côtés est idéal pour elle.

Pour la première fois de sa vie, elle avait rencontré quelqu’un, quelque chose de plus fort qu’elle, quelqu’un dont elle ne pouvait pas faire son jouet, quelqu’un qui la domptait.

De son côté, Melly se révèle être une véritable « grande dame », malgré le peu de moyens financiers, à l’opposé de Scarlett dont elle ne cessera pourtant jamais de prendre la défense.

Mélanie était jeune, mais elle possédait les qualités que ces gens, ces rescapés de la tourmente, appréciaient. Elle était pauvre, mais elle conservait sa fierté. Courageuse, elle ne se plaignait jamais. Elle était gaie, accueillante, aimable, et surtout fidèle aux anciennes traditions. Mélanie se refusait à changer, elle se refusait même à admettre qu’il fût nécessaire de changer dans un monde en pleine transformation. Sous son toit, le passé semblait renaître.

Scarlett, elle, enfin riche et à l’abri du besoin, reste une enfant capricieuse et obstinée, « plus attirée par ce qui brille que par l’or véritable« . Malgré son intelligence pratique, elle ne voit pas comme Rhett, ce que la société peut lui apporter de bon et continue à n’en faire qu’à sa tête sans penser aux éventuelles retombées sur ses proches.

Jeune mariée, belle et provocante avec ses toilettes luxueuses, solidement soutenue par la fortune de Rhett, Scarlett, triomphante, se laissait emporter sur la crête de cette vague de vulgarité. L’époque lui convenait. Grossièreté et arrogance, rudesse et poudre aux yeux, trop de femmes parées comme des idoles, trop d’intérieurs clinquants, trop de bijoux et de chevaux, trop de plats sur les tables et trop de whisky.

Elle a un voile devant les yeux et est incapable de voir les choses telles qu’elles sont réellement. J’avais juste envie de la secouer pour qu’elle se rende compte des trésors que sont Melly et Rhett dans sa vie.

Et maintenant que Scarlett promenait un regard triste sur les années écoulées, elle se rendait compte que Mélanie s’était toujours trouvée à ses côtés, le sabre à la main, discrète comme une ombre, aimante, luttant pour elle avec une loyauté passionnée, combattant les Yankees, le feu, la faim, la pauvreté, l’opinion publique et même ses parents qu’elle chérissait.

Oui, ça me fait de la peine de vous voir repousser le bonheur à deux mains tout en vous efforçant d’atteindre quelque chose qui ne vous rendra jamais heureuse. Ça me fait de la peine parce que vous êtes une insensée.

L’écriture est toujours aussi belle, le texte toujours aussi fort et aussi intense. Margaret Mitchell laisse peu de répit à son lecteur dans cette dernière partie où la tension dramatique va augmentant jusqu’aux dernières pages, qui sont d’une très grande beauté.

Elle n’avait compris ni l’un ni l’autre des deux hommes qu’elle avait aimés et, partant, elle les avait perdus tous les deux. Ses pensées suivaient un cours tortueux, indécis. Elle se rendait compte peu à peu que si elle avait compris Ashley elle ne l’aurait jamais aimé, mais que si elle avait compris Rhett elle ne l’aurait jamais perdu. Désespérée, elle se demanda si elle avait jamais compris quelqu’un.

PRÉSENTATION

Pendant la guerre de Sécession, alors que le Sud esclavagiste auquel ils appartiennent tous les deux est en train de perdre ses dernières batailles contre le Nord, Rhett Butler et Scarlett O’Hara s’aiment et se déchirent.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s