Assez de bleu dans le ciel (2017) – Maggie O’FARRELL

L’Irlande devient verte, belle et bénie, autour de nous qui roulons au pas dans les flaques jusqu’au dernier portail.

C’est un très beau roman que je viens de refermer, très émouvant.

L’histoire s’articule autour de Daniel Sullivan, un new-yorkais d’origine irlandaise.

Le roman débute en Irlande, où il vit avec sa femme et ses deux enfants, le jour où il apprend par hasard que sa première petite amie est morte peu de temps après la fin de leur relation.

Cette nouvelle va provoquer chez Daniel un besoin irrépressible de renouer avec son passé. Il va essayer de comprendre ce qui est arrivé exactement à son ancienne petite amie et surtout va retourner à la rencontre de ses enfants nés d’un premier mariage, que son ex-femme l’empêchait de voir depuis leur divorce.

À la faveur d’une narration alternée, nous pouvons adopter le point de vue de Daniel ou de l’un de ses proches : Claudette, sa femme ; Ari, le fils de cette dernière ; Niall, son fils souffrant d’un eczéma très poussé et handicapant…

Le récit n’est pas chronologique et de flash-backs en bonds en avant, on traverse avec Daniel les multiples épreuves auxquelles la vie peut nous confronter : la perte d’un parent, d’un enfant, un divorce douloureux…

Chaque personnage est poignant et j’ai eu les larmes aux yeux plusieurs fois, tout en espérant que chacun trouve à la fin le bonheur et la sérénité auxquels tout un chacun peut prétendre.

PRÉSENTATION

Une maison au bout d’une piste, à des kilomètres de tout. Autour, rien que l’herbe verte, les trembles aux feuilles chargées de pluie et le ciel changeant du Donegal. Daniel Sullivan est linguiste, il s’en va donner un cours à l’université avant de prendre l’avion pour les États-Unis, son pays d’origine, pour se rendre à l’anniversaire de son père qu’il n’a pas vu depuis des années. 
À ses côtés, dans la voiture qui le conduit à l’aéroport, sa femme Claudette et leurs deux enfants. C’est là, dans cette voiture, que Daniel apprend à la radio le décès de Nicola, son premier amour. Une cascade de souvenirs se déversent et une question : se pourrait-il qu’il soit responsable de sa mort ? 
Le doute le ronge, implacable. Et une envie, deux en fait : découvrir la vérité sur Nicola ; revoir sa famille, son autre famille, ses deux grands enfants qu’il a abandonnés soudainement aux États-Unis dix ans plus tôt. 
Mais comment dire tout cela à Claudette, cette ex-star de cinéma fantasque, passionnée, qui a choisi d’organiser sa propre disparition pour échapper au monde ? Comment lui révéler l’homme qu’il est véritablement ? Et que peut-il encore promettre, lui qui n’a jamais su que fuir ? 

Si comme le veut le proverbe, assez de bleu dans le ciel promet une belle journée, alors chacun peut voyager sans crainte. Il y aura toujours l’amour pour les ramener à bon port…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s