Le Poète – Michael Connelly

Michael Connelly est un de mes auteurs chouchous, j’ai lu tout ce qui a été traduit (sauf le dernier paru, mais j’attendais d’avoir écouté Le Poète 😊), et je lis chaque opus dans les mois qui suivent sa sortie.
Je suis évidemment une grand admiratrice de Harry Bosch mais mon préféré de ses romans a toujours été Le Poète.

Alors quand j’ai su que Le Poète était dans la sélection du Prix Audiolib, lu par Benjamin Jungers, que j’avais beaucoup apprécié lors de l’écoute de L’institut de Stephen King, j’étais aux anges.
Tous les ingrédients étaient réunis pour que cette écoute soit un coup de cœur et sans surprise… ça en a été un.

Jack McEvoy est journaliste. A l’annonce du suicide de son jumeau Sean, policier, persuadé que ce suicide n’en est pas un, il décide de mener l’enquête.
Ses investigations le mènent à une piste qui lui vaut l’intérêt du FBI, et notamment de l’agent Rachel Walling.

Jack McEvoy, Rachel Walling et même Keisha Russel, dont le nom apparait brièvement… Écouter Le Poète, c’était comme retrouver de vieux amis et je n’ai pas boudé mon plaisir malgré l’ambiance quelque peu tendue. Tendue oui, parce que nos personnages sont quand même là pour enquêter sur un tueur qui maquille ses meurtres en suicides et laisse des citations d’Edgar Allan Poe derrière lui, d’où son surnom de Poète.

J’avais lu ce livre il y a suffisamment longtemps pour que mes souvenirs soient devenus assez flous et je me suis laissée surprendre par les avancées de l’enquête.
Le roman est rythmé, sans temps mort, un véritable page-turner !
Le lecteur est parfait, donnant juste ce qu’il faut d’intention pour que l’on distingue chaque personnage.
J’ai beaucoup aimé aussi les effets sonores lors des conversations téléphoniques et les intermèdes musicaux entre deux chapitres.

Du propre aveu de Michael Connelly, Jack est son alter ego et on sent un attachement sincère à son personnage ; la préface est particulièrement intéressante à cet égard.

Le Poète a été écrit en 1996, et même si certains détails m’ont fait sourire (pas de téléphone portable, la naissance des unités spécialisées dans les délits Internet…), il n’a pas pris une ride.

🇺🇸 𝑳𝒆 𝑷𝒐𝒆̀𝒕𝒆 🇺🇸 de Michael Connelly – Sélection Prix Audiolib ↔️ Traduit par Jean Esch

La spécialité de Jack McEvoy, c’est la mort. En tant que chroniqueur judiciaire au Rocky Mountain News, il y a été confronté plus d’une fois. Mais rien n’a pu le préparer au suicide de son frère jumeau. Inspecteur de police, déprimé et incapable de supporter le meurtre non résolu d’une jeune femme retrouvée coupée en deux, Sean s’est tiré une balle dans la bouche, comme le font souvent les policiers dépressifs. Un sujet dont Jack décide de s’emparer, en guise de dernier hommage à son frère.
Mais en s’immisçant dans une base de données du FBI pour les besoins de son article, McEvoy découvre avec stupéfaction que beaucoup de policiers se sont suicidés dernièrement, et que le FBI mène l’enquête sur la mort de son frère. Il comprend alors que cette affaire est en passe de lui fournir le plus gros scoop de sa carrière.
Il pressent aussi qu’il est devenu la prochaine cible du suspect, un assassin qui a, jusqu’à présent, toujours réussi à tromper les plus fins limiers lancés à ses trousses…
Le Poète, l’un des premiers jalons de l’oeuvre magistrale de Michael Connelly, brillamment porté par la lecture de Benjamin Jungers, fête en 2021 ses 25 ans.

Un commentaire sur “Le Poète – Michael Connelly

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :