Au fond de l’eau (2017) – Paula HAWKINS

Ce 2nd roman de Paula Hawkins me semble avoir été un des romans les plus attendus de l’année, après le succès de La fille du train.

Comme toute lectrice assidue de Sonatine, je me suis donc ruée dessus assez rapidement après sa sortie, malgré les quelques avis mitigés que j’avais pu lire ça et là.

Si ce n’est toujours pas le style de l’auteure qui retient mon attention, on ne peut nier qu’elle insuffle un rythme certain à son roman et qu’il est difficile de le lâcher. Paula Hawkins met en scène une galerie de personnages qui ont tous un secret ou quelque chose à cacher.

Cela commence par Jules, dont la sœur Nel vient d’être retrouvée noyée. On comprend dès les premières lignes que Jules en veut à sa sœur mais le pourquoi ne sera révélé qu’au fur et à mesure de l’avancée de l’intrigue. Et il en va ainsi de tous les personnages.

Au delà de l’intrigue principale – Nel a-t-elle été tuée ou s’est-elle suicidée ?-, la rivière et en particulier « Le bassin aux noyées » prend une place importante. Nel était fascinée par cette rivière et les femmes s’y étant noyées par le passé.

Cependant, j’ai trouvé que cet aspect n’était pas suffisamment développé pour maintenir une ambiance inquiétante comme devait le souhaiter l’auteure.

J’ai trouvé également que trop de secrets tue le secret et que certains, dont celui qui clôt le roman, étaient facilement devinables en amont.

Au final, une petite déception mais un livre qui se laisse lire et de manière plutôt addicitive.

PRÉSENTATION

Une semaine avant sa mort, Nel a appelé sa sœur, Julia. Qui n’a pas voulu lui répondre. Alors que le corps de Nel vient d’être retrouvé dans la rivière qui traverse Beckford, leur ville natale, Julia est effrayée à l’idée de revenir sur les lieux de son enfance. De quoi a-t-elle le plus peur ? D’affronter le prétendu suicide de sa sœur ? De s’occuper de Lena, sa nièce de quinze ans, qu’elle ne connaît pas ? Ou de faire face à un passé qu’elle a toujours fui ? Plus que tout encore, c’est peut-être la rivière qui la terrifie, ces eaux à la fois enchanteresses et mortelles, où, depuis toujours, les tragédies se succèdent.

banniere-dames-en-noir-600x212

Les Mystères d’Avebury (2017) – Robert GODDARD

Ça commençait pourtant bien : un auteur que j’apprécie, une ambiance mystérieuse, une très belle montée en puissance dès le prologue.

Malheureusement, arrivée à la moitié du roman, j’ai ressenti un peu de lassitude : trop de mystères imbriqués les uns dans les autres, trop de gens mourant pile au moment où ils allaient peut-être lever le voile sur toute l’affaire, trop d’invraisemblances…

J’ai donc terminé le roman en ne lui accordant qu’un œil distrait, j’espère que le prochain roman de Robert Goddard que je lirai m’enchantera plus que celui-ci.

PRÉSENTATION

Été 1981. Alors qu’il attend à la terrasse d’un café, David Umber est témoin d’un fait divers qui va bouleverser son existence. Trois jeunes enfants qui se promenaient avec leur baby-sitter sont victimes d’une terrible agression. Un homme kidnappe Tasmin, deux ans, et s’enfuit à bord de son van. Alors qu’elle essaye de s’interposer, la petite Miranda, sept ans, est percutée par le véhicule. Tout se passe en quelques secondes. David, comme les deux autres témoins de la scène, n’a pas le temps de réagir. À peine peuvent-ils donner une vague description de l’agresseur.

Printemps 2004. Prague. Après une histoire d’amour avortée avec la baby-sitter des enfants, David a tout quitté pour refaire sa vie. Il est contacté par l’inspecteur-chef Sharp, chargé à l’époque de l’enquête. Sharp lui demande de l’accompagner en Angleterre pour essayer de faire enfin toute la lumière sur la disparition de Tasmin. Littéralement hantés par cette affaire, les deux hommes reprennent un à un tous les faits. Bientôt de nouvelles questions se posent sur la configuration des lieux, sur la présence des témoins, sur la personnalité des victimes. Le drame cache en réalité encore bien des secrets.

Ne voit-on jamais que ce que l’on a envie de voir ? Dans les histoires d’amour comme de meurtre, la réalité est souvent bien différente de ce que l’on aimerait qu’elle soit. Le maître du thriller britannique tisse ici une intrigue passionnante où les rebondissements se succèdent sans répit jusqu’à la résolution finale.

Derrière les portes (2017) – B.A. PARIS

Un vrai page-turner que ce thriller de B.A. Paris. Même si il n’est pas follement original, il est diablement efficace.

Dès le départ, on sent qu’il y a « quelque chose de pourri au royaume du Danemark » (comme dirait l’autre 😉). On s’aperçoit vite que ce « couple parfait » n’est pas du tout ce qu’il paraît.

Même si l’intrigue manque un peu de justifications (certaines situations où réactions m’ont paru tirées par les cheveux et peu vraisemblables), on n’arrive pas à lâcher ce livre tant qu’on ne sait pas comment tout ça va se dénouer.

Je pense que je ne m’en souviendrai plus dans quelques mois mais pour ce fut une lecture accrocheuse et agréable.

PRÉSENTATION

En apparence, Jack et Grace ont tout pour eux. L’amour, l’aisance financière, le charme, une superbe maison. Le bonheur.

Vous connaissez tous un couple comme celui qu’ils forment, le genre de couple qui vous fait rêver. Vous adoreriez passer davantage de temps avec Grace, par exemple. L’inviter à déjeuner, seule. Et pourtant, cela s’avère difficile. Vous réalisez que vous ne voyez jamais Grace sans Jack. Qu’est-ce que cela peut-il cacher ? Parfois, un mariage parfait cache un mensonge parfait.

Et vous, connaissez-vous vraiment vos amis ?

banniere-dames-en-noir-600x212